Cinéma   Séries/TV   Streaming   Mangas   Comics   Événements   Jeux vidéo Gaming   Cartoons
Worlds of DC Sorties MCU Swipe CS
L'équipe
10
10
Un père qui a du chien
Mohamed Mir 7 février 2014 15:37

Non, je n'ai pas trouvé de défaut au film. Donc oui, je lui ai bien mis un 5/5 et je le dirais encore s'il le faut.

Faire revivre une idée vieille de plus de 50 ans et en plus, la faire passer du petit au grand écran, les studios DreamWorks n'ont pas pris la tâche la plus facile. Et pour en rajouter encore une couche, oubliez les dessins (pour celles et ceux qui ONT fait leur recherche sur l'émission de télé dont il faisait partie), place aux textures 3D.

Février s'annonce vraiment mouvementé cette année, avec l'arrivée des vacances scolaires, il y a tout de même 5 (voire 6) films d'animation qui devraient dominer le box office, sans les citer il y a Tarzan 3D, Jack et la Mécanique du Cœur, La Grande Aventure LEGO® et Tempête de boulettes géantes 2 L'île des Miam-nimaux (voire aussi Le vent se lève).

M. Peabody est le chien, le papa, le papa-chien ou le copain que beaucoup d'enfants rêveraient d'avoir. Un modèle comme celui-ci, même si c'est un chien, reflète une certaine forme de la relation chien-enfant avec celle père-enfant et justement le film commence sur la jeunesse de M. Peabody. Il a inventé l'Auto-Tune, le Planking et même la Zumba !

On en vient à avoir des leçons d'histoire... mais pas vraiment, c'est ce qui fera le charme du film. On nous apprend quelque chose d'important et juste après, il y a un gag ou une bêtise. C'est une bonne façon d'en apprendre un tout petit peu (pour les enfants) en rigolant, l'histoire n'est pas vraiment complexe et facile à comprendre pour une enfant très jeune. Vous aurez aussi envie de voler dans le Dragibus/Fraise Tagada rouge, ou plutôt le Chronomat (WayBack) devrais-je dire. Personnellement, j'aurais bien mieux appris l'histoire en voyant ce film ou en le voyant, qu'avec certains de mes cours à l'école ! Pour les anciens fans de Cartoon Network, vous y verrez une petite touche de la fameuse série Time Squad : La patrouille du temps, dans laquelle nous retrouvions un robot (Larry 3000), un officier débile (Max Matamor) et l'enfant génie (Otto Osborn). Le concept de voyager dans le temps pour réparer les failles y est le même, sauf que dans Time Squad, ils font ça tout le temps.

Pour la fin du film, je n'ai eu qu'une seule chose à dire... « I did NOT see that coming ! » tellement c'était bien réfléchi. Sherman vous fera rire par sa naïveté mais il va finalement se retrouver dans une situation qui le rendra plus responsable, toujours avec Penny. C'est elle qui a bénéficié du plus gros changement de comportement, passer de la peste de l'école voulant tout et être première de la classe à la personne qui va aider le héros... Wow that was fantastic !

Les pères comme les enfants vont adorer l'histoire, qui finalement n'est qu'un récit dès le début du film pour nous renvoyer à ce moment du film, ce premier jour d'école de Sherman suivi des multiples aventures qu'il va devoir surmonter pour ne pas faire trop de bêtises dans l'histoire.


Publicité



Accepter
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.