[Critique] Alerte Rouge (2022) 10/10 - It's gonna be Mei
  Cinéma   Séries/TV   Streaming   Mangas   Événements   Comics   Jeux vidéo Gaming   Cartoons
Worlds of DC Sorties MCU Swipe CS
L'équipe Contact
10
10
It's gonna be Mei
Mohamed Mir 8 March 2022 16:16

Même si la sortie cinéma n'est plus d'actualité pour le prochain film des studios d'animation Pixar, il sera tout de même disponible dans le monde entier en même temps à travers Disney+ et notre avis viendra juste confirmer une chose : c'est fun !

Les 10 bonnes raisons de voir Alerte Rouge

  1. Une aventure très fun

    Je commence rarement par dire un point positif AVANT d'entrer dans les points positifs mais il est vraiment nécessaire de l'appuyer. C'est vraiment très léger et marrant, même si les enjeux sont sérieux, on ne peut qu'en sortir content ou avec le sourire.

  2. En famille et entre ami(e)s

    Si je devais vraiment trouver une bonne raison pour justifier le fait qu'une sortie sur Disney+ aurait un avantage par rapport à une sortie cinéma, ce serait le partage. Cette histoire est très bien construite, de manière intelligente et de manière très simple pour qu'il y ait chaque point de vue qui soit montré : celui de Mei, celui de sa famille (ou plutôt ceux de sa famille) et celui de ses amies. Et selon votre situation, vous aurez plus d'empathie envers un de ces points de vue mais c'est un film qui se partage avec plusieurs groupes avec des visions qui seront différentes.

  3. La critique d'une pression familial

    C'est l'un des sujets universels du film qui pourrait parler à tout le monde, pas forcément seulement aux jeunes filles mais c'est tout de même le but. Et c'est très intéressant d'avoir cette vision finalement, d'une famille qui a tout en apparence mais dans le détail qui manque d'un élément important : une communication qui va dans les deux sens. Un peu comme comme Encanto qui critiquait la vision de la grande matriarche de la famille, Abuela la grand-mère, ici c'est un peu la critique du cycle qui se répète de mère en fille et du fait de voir absolument être à la hauteur des attentes (parfois extrêmes) des parents.

  4. Comment prôner l'authenticité

    En plus de critiquer la pression de la famille ou plutôt d'une mère envers sa fille après qu'elle-même l'ait subi plus jeune, la continuité c'est aussi de dire qu'on s'oublie lorsque l'on ne cherche qu'à plaire à ses parents étant plus jeune. Dans le simple fait de devoir accepter de coller aux attentes toujours descendantes et « imposées » de génération en génération, sans réel questionnement, la jeune femme se perd et refoule son mécontentement jusqu'à reproduire le même cycle sans jamais confronter ce qui l'a toujours rongée. Et c'est ce qui fait la puissance de Mei quand elle assume qui elle est et commence enfin à être elle-même, avec ses amies plutôt qu'avec sa famille.

  5. Des références animées (ou d'anime)

    Ranma 1/2 et Sailor Moon sont peut-être les deux plus marquantes parmi toutes (et celles qui ont été confirmées par Domee Shi). Pour Ramna 1/2, c'est assez logique avec le fait d'avoir cette autre personnalité de soit qui change totalement, même si Mei se transforme en panda roux alors que Ranma passe de fille à garçon. Concernant Sailor Moon, c'est un peu plus précis parce qu'on le voit avec les interactions de Mei, avec ses copines ou lorsqu'elle a une poussée d'émotions. Et ici, plus qu'ailleurs, les émotions sont importantes parce qu'on voit une vraie influence de l'animation orientale puisque les émotions sont bien retranscrites et un peu plus poussées comme dans les animes japonais pour rendre les moments plus marquants et surtout plus marrants.

  6. Une histoire qui parle à tout le monde

    Je ne suis pas le cœur de cible et pourtant, j'ai trouvé plein de points qui m'ont parlé. Que ce le point de vue scolaire, une partie de la relation familial mais c'est un peu les relations amicales qui, pour moi, pourraient toucher tout le monde. Les 400 coups que Mei et ses copines vont faire dans le film sont réellement des choses qui auraient pu être faites ou que l'on pourrait s'imaginer faire maintenant, bien après cet « âge bête ».

  7. Le retour aux années 2000

    Dans la continuité du point précédent, la partie années 2000 parlera peut-être plus aux personnes nées dans les années 9000 ou avant. Avec plein de petites choses qui ont marqué nos années d'école, de collège ou de lycée, selon votre âge, comme les Tamagotchis et les caméscopes… Bref, on sent un peu vieux d'un coup !

  8. Le premier Boys Band de Pixar

    Juste pour avoir eu l'idée de le faire et de leur avoir donné progressivement une plus grande importance, c'est un bon point en plus pour Alerte Rouge. Qui aurait cru que Pixar aurait inventé leur premier boys band, 4★Town, en réunissant 5 jeunes hommes talentueux qui chantent des titres composés par Billie Eillish et FINNEAS. Comme l'a expliqué la réalisatrice, c'était un peu une blague au début, surtout que les boys band sont une partie intégrante de la fin des années 90 et le début des années 2000 maximum mais à chaque nouvelle version du film, ils ont gagné en importance et on peut comprendre pourquoi parce qu'ils justifient la motivation de Mei et ses copines.

  9. Mei et son panda

    Ce point est très important dans le principe de ne pas vouloir faire du cliché : Mei n'est pas le meilleur des pandas. Si vous vous demandez en quoi c'est un point positif, c'est parce qu'on ne plonge pas dans le cliché du personnage principal qui a tous les pouvoirs, voire les meilleurs pouvoirs. Là, Mei a des problèmes, même si ce ne sont pas les pires, mais sachant qu'elle fait partie d'une dynastie avec cette légende du panda roux, elle va être divisée entre son envie d'appartenance et d'acceptation de soi avec ses copines et son besoin de validation de la part de sa mère, sauf que cela lui causera des soucis…

  10. Un point de vue féminin

    C'est le premier long métrage de Pixar réalisé par une femme, et entourée d'une équipe de femmes. Ça se sent et ça fait plaisir. Au-delà du fait que c'est une moment historique (qui aurait pu être au cinéma en plus), c'est un tournant qui permettra probablement à plus de femmes de pouvoir réaliser des projets tout aussi ambitieux et intéressants que celui-ci. Et lors de notre rencontre avec la réalisatrice Domee Shi et la productrice Lindsey Collins lors d'un Q&A après avoir vu le film, elles ont expliqué que cela leur a permis d'oser aborder un peu plus certains sujets alors que si elles étaient entourées d'hommes, elles auraient sûrement fait marche arrière ou aurait reçu des remarques pour minimiser des aspects. Et cette liberté fait plaisir parce que l'on peut vraiment avoir un point de vue féminin, sur une histoire qui touche des femmes, de tous les générations, sur des sujets intemporels et même actuels.

Conclusion

Je n'ai pas vraiment de point négatif à donner à ce film, au contraire. Nous n'avions pas fait une critique avec un 10/10 depuis un moment et ce film le mérite totalement. Si je voulais être cynique, je me plaindrai du simple fait que c'est dommage que Domee soit la seule réalisatrice de Pixar à obtenir son long métrage jusqu'ici. Mais soyons optimistes et réalistes, un petit pas reste un pas donc voyons ce que ce film apportera par la suite !

C'est un grand pas d'ailleurs que fait la réalisatrice, qui s'est illustrée avec Bao, de passer d'un format court à un format plus long. On sent qu'il y a une histoire solide qui donne une fondation solide au film et le tout est amené avec de l'humour, de la musique et de la passion avec des sujets universels comme les changements du corps, l'amitié et le fait de se faire passer en premier.


Publicité



Accepter
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.