Cinéma   Séries/TV   Streaming   Mangas   Comics   Événements   Jeux vidéo Gaming   Cartoons
Worlds of DC Sorties MCU Swipe CS
L'équipe

Synopsis

Une nation de plus en plus nombreuse de singes génétiquement évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui ont survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui imposera l’espèce dominante sur Terre.

Distribution / Casting

  • Anecdotes, dossier de presse, etc.

WETA Digital, le studio d’effets visuels oscarisé, emploiera la toute nouvelle génération des technologies de performance capture développées pour LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES et AVATAR, afin de créer des singes au rendu photoréaliste.

Présentation du film par Andy Serkis

« Daft Punk a vendu des millions de disques, ils peuvent sortir sans être reconnu. Andy Serkis a été vu des centaines de millions de fois et il peut aussi sortir sans se faire reconnaître dans la rue, même sans masque ! »
Andy Serkis est un acteur primé à de nombreuses reprises , plébiscité aussi bien par la critique que par le public pour son travail dans une grande variété de rôles mémorables (Gollum dans LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, KING KONG en personne ou encore le Capitaine Haddock dans LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE).

La Planète des singes : L'affrontement joue sur une grande franchise, le thème n'est pas celui de la compétition ou de la guerre, tout est plus centré sur l'émotion sans avoir à dépasser les limites. Nous allons découvrir comment les singes évoluent et prennent petit à petit le contrôle sur la planète.

César, personnage incarné par Andy Serkis, est un étranger. Dans La Planète des singes : Les Origines il a été élevé par Will Rodman (James Franco) qui jouait le rôle d'un père spirituel pour un César grandissant en tant qu'humain. Tout cela l'a rendu plus fort, plus intelligent physiquement et aussi émotionnellement mais quand il comprend qu'il n'est pas humain et qu'ils vont le rejeter, il va chercher à trouver son côté singe.

L'Affrontement se passe 10 ans après le précédent film, César a une femme et un enfant. Il représente l'empathie et l'optimisme dans un monde utopique, beaucoup de gens aimeraient vivre dans des décors comme leur forêt. Il peut encore inspirer un espoir pour que les humains et les singes puissent travailler ensemble puisqu'il connait aussi bien ces deux facettes. Le nombre de singe évolue aussi : probablement un millier auparavant, ils sont maintenant environ 2000. César fait figure de chef et enseigne ce qu'il sait aux prochaines générations, il pense au futur.

Les 20 premières minutes du film montrent seulement les singes. Et toujours pour ne pas dépasser les limites, nous voyons bien que les singes ont encore un langage prototype, ils ne parlent pas aussi bien que les humains mais ils utilisent des signes. Depuis leurs arbres perchés, ils ont vu la "destruction" de la ville et ils pensaient que tous les humains étaient morts.

WETA utilise une nouvelle façon de filmer et enregistrer le jeu d'un personnage, ce ne sont pas deux caméras utilisées pour faire de la 3D, c'est plutôt quelque chose à 360°.

Tout le monde a perdu des êtres chers, le but des Hommes est de rallumer leur générateur pour survivre mais ils doivent passer par la forêt, dans le territoire des singes. César aura donc la lourde responsabilité de prendre une décision quant à réplique contre les humains, pas dans un monde post-apocalyptique mais plutôt sur un fond d'émotions profondes. (tristesse et colère pour ceux qui ont tout perdu ou perdu une partie de leur famille, empathie pour certains et même de la peur pour ceux qui ne veulent pas de certains changements)

Nous voulons aussi montrer qu'il n'y a pas de vrai méchant, du moins pas de gentils/méchants, juste des émotions et des pensées humaines qui entrent en collision, que ce soit chez les humains ou chez les singes.



Questions/Réponses avec Andy Serkis

Depuis ses débuts, la "motion capture" a énormément évolué. Comment imaginez-vous son futur ?

Je pense que la chose la plus importante est qu'elle devient transparente, sa perception change. En fait, il faut la comprendre comme une disposition différente des caméras en terme d'utilisation et on a encore un long chemin à faire. J'ai une compagnie à Londres qui s'appelle The Imaginarium, on essaie de repousser les frontières encore plus loin de la "performance capture" dans l'attraction avec les films, la télévision mais aussi sur la scène du théâtre. Vous pouvez capturer des émotions et des mouvements et vous n'avez pas besoin de jouer un humain. Je suis en train de travailler sur des projets en ce moment qui sont bien plus abstraits, mais peut-être que l'on en parlera plus tard. Vraiment au théâtre, par exemple, on peut aussi mettre des marqueurs sur des danseurs et puis avoir une publicité sur un écran et ils peuvent aussi transformer des images et du son au lieu de seulement des images. Donc en fait, la "performance capture" a des possibilités énormes, c'est vraiment comment on peut, nous, appliquer notre imagination dessus.

Pensez-vous que les comédiens "motion capture" devraient être cités à l'Oscar du meilleur acteur ?

Je n'ai jamais vraiment fait la différence entre jouer en tant qu'acteur ou jouer par exemple un personnage grâce à la "performance capture". C'est simplement, comme je l'ai dis, des manières différentes d'enregistrer l'émotion et le mouvement physique d'un acteur. Donc je ne pense pas qu'il devrait y avoir une catégorie spéciale ou particulière pour la "performance capture". Ce qui vous touche en tant que public, c'est vraiment la chose la plus importante. Dabord la récompense pour moi, en tant qu'acteur, c'est vraiment de pouvoir jouer ce genre de personnages et la libération qu'on a en utilisant cette technologie. Ça vous permet aussi d'habiter ce genre de monde, le monde des singes ou la Terre du Milieu, c'est déjà une récompense énorme pour moi. C'est vraiment une sorte de transformation en tant qu'acteur. Même au théâtre, c'était pour moi de trouver le chemin d'acteur pour pouvoir exprimer quelque chose à propos de la nature humaine, ce qui m'intéresse moi là-dedans. La reconnaissance, ce n'est pas à moi de le dire mais je pense qu'il faudrait le juger sur l'usage de telle ou telle technologie, si vraiment il faut penser en terme de performance, si elle a été efficace, si elle vous touche. Je pense que la meilleure performance est vraiment Scarlett Johansson dans HER, on ne la voit pas du tout à l'écran et pourtant sa performance était extraordinaire.

Vous êtes-vous basé sur des études anthropologiques pour interpréter le rôle d'un singe ?

Pour revenir à la franchise, il a toujours été question d'un miroir de la société. On parle des droits civils des années 60, on est en train d'utiliser une technologie pour permettre aux hommes de se transformer en singes et dire quelque chose des humains. Il y plusieurs niveaux dans notre approche et tout revient vraiment au personnage : César est un singe particulier. Pour en rajouter encore une couche, c'est un homme, dans sa tête, qui est dans la peau d'un singe et c'est à lui de trouver sa nature de singe. Il a vraiment dépassé cette frontière et ne pas se sentir humain tout en pouvant communiquer les singes qui lui sont proches et d'être leur chef de manière efficace et simple. Tout est à ramener à la spécificité de chaque personnage et dans l'étude que j'ai faite, pas seulement pour ce film mais aussi pour KING KONG mais aussi quand on commence à étudier les singes dans la nature et en captivité, vous réalisez qu'ils ont grandi autour des hommes et qu'ils reflètent aussi les réactions des hommes, même les plus violents étant les chimpanzés. Ceux qui ont été entourés aussi par des régions de conflits, et ce que l'on voyait quand ils font l'expérience des armes, certains ont eu des armes à travers des rebelles ou des militaires, c'est vraiment un groupe particulier de chimpanzés ; comparés au Rwanda où j'étais dans une région volcanique et il y avait des gorilles des montagnes, à tout autre niveau, qui agissent de manière différente. C'est vraiment l'expérience la plus humble et la plus extraordinaire, c'est un témoignage d'une situation utopique mais tout revient aux personnages. Nous, en tant qu'acteur, on ne se dit pas qu'on jouer des singes, on est en train de transformer ces singes pour dire quelque chose et parler de nous, les hommes.


Seriez-vous intéressé par la réalisation d'un volet de La Planète Des Singes ?

J'ai vraiment plusieurs autres projets sur lesquels je travaille en ce moment et Matt Reeves est vraiment un réalisateur brillant et il a fait un travail extraordinaire là-dessus, il fera le prochain film aussi. Et c'est sûr que c'est intéressant, comme je l'ai dis au début, ce n'est pas ce qui va arriver mais comment ça va arriver et ça peut se faire dans un seul film pour arriver au film d'origine ou ça peut prendre plusieurs films parce que je ne suis pas en train de mettre de côté ça mais pour l'instant je suis en train de réaliser de tout petits livres. Un d'entre eux est LE LIVRE DE LA JUNGLE, l'autre est ANIMAL FARM. Donc j'ai vraiment beaucoup de travail.


Chargement de l'onglet informations

Publicité



Accepter
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.